Bretagne

Un système d'anticollision sur les bus fougerais

28 novembre 2017 à 16h19 Par Katell LAGRE

C'est une première dans l'Ouest, et une première pour une collectivité hors Ille de France : un système pointu d'anticollision a été installé sur des bus de l'agglomération de Fougères. Le transporteur Transdev teste le système "Mobileye", développé par une entreprise israélienne. La différence avec un bus classique, ce sont trois petites caméras : une sur le pare-brise et une de chaque côté, à l'arrière. Des caméras qui surveillent l'environnement immédiat du bus pour éviter une collision avec un vélo ou un piéton.

Explications à bord d'un bus de Bertrand Trevalinet, directeur d'Autocare, partenaire français de Mobileye :

Écouter le podcast
"Si un vélo arrive vite dans l'angle mort du bus, la caméra va analyser sa trajectoire et sa vitesse par rapport à celles du bus. Le conducteur a des afficheurs sur sa gauche et sur sa droite, et en frontal, et ces afficheurs vont s'allumer ou vont bipper pour prévenir de l'imminence d'une collision.."

Fougères agglomération attend de cette innovation une sécurité suplémentaire... et même si les accidents impliquant des bus restent rares, dans la petite ville bretonne, le nombre de bus en circulation va bientôt nettement augmenter, et pour le président de Fougères Agglomération, c'est aussi un moyen de promouvoir les moyens de déplacements "doux" : Bernard Marboeuf :

Écouter le podcast
"on ne pourra développer le vélo que si la personne qui se trouve sur le vélo est en sécurité : si les bus participent à cette sécurité en disant "ne vous inquiétez pas, les bus sont équipés de sécurités", cela va permettre de développer le vélo."


Le système "mobileye", qui équipe les bus de Fougères, n'est pas seulement un système anticollision : il enregistre la vitesse du bus, et garde en mémoire les situations de danger ainsi leur localisation précise... un autre intérêt de taille pour Bernard Marboeuf

Écouter le podcast
"Cela permet aux élus, aux techniciens, d'améliorer la ville : s'il y a beaucoup d'alertes, on analyse, on prend les cartes, on regard les vidéos, et puis on modifie : on modifie le passage piéton, on pousse la jardinière..."

Cette veille permanente du système, et l'enregistrement des données, pourait être vu aussi comme un moyen de surveiller les conducteurs. Mais  ce n'est pas le sentiment de Jérôme, chauffeur depuis 22 ans chez Transdev :

Écouter le podcast
"C'est vraiment une aide à la conduite. On peut faire une erreur, et si on fait une erreur, le système nous le rappelle."

Transdev envisage de déployer le système sur d'autres flottes de transports en commun de l'Ouest, dans les mois et les années qui viennent.

Reportage de Yann Launay.