Que dit le projet de loi sur l'agroalimentaire ?

Yann Launay
31 janvier 2018
Par Katell LAGRE
Retour sur le projet de loi issu des Etats Généraux de l'Alimentation, avec le président des JA de Bretagne.

Il était très attendu par les agriculteurs : le projet de loi issu des Etats Généraux de l'Alimentation a été présenté aujourd'hui en conseil des ministres. Parmi les mesures : un encadrement des promotions en grandes surfaces, un soutien aux organisations de producteurs pour avoir plus de poids face aux industriels, l'objectif de 50% de produits locaux ou bio dans les cantines d'ici 2022.


Ce projet de loi peut-il sortir les agriculteurs de la crise ?

Le président des Jeunes Agriculteurs Bretagne reste sceptique. Jean-Paul Riault est éleveur laitier à Guipry-Messac, et les négociations commerciales actuelles tendues, entre producteurs et industriels, ne l'incitent pas à l'optimisme. Yann Launay l'a rencontré.

Écouter le podcast

"L'Etat a veaucoup de bonne volonté pour que les choses soient transparentes du maillon de production au consommateur, maintenant dans les faits je pense que cela va être beaucoup plus compliqué. Les transformateurs et la grande distribution manquent de transparence."

Le projet de loi prévoit d'encadrer les promotions en grandes surfaces : finies les opérations "Un produit acheté, un gratuit", les distributeurs ne pourront plus aller au-delà d'un produit gratuit pour deux achetés. Le seuil de revente à perte lui aussi sera relevé : la grande distribution devra vendre un produit alimentaire au moins au prix où elle l'a acheté, majoré de 10%. Le gouvernement fait le pari que de telles mesures bénéficieront, par effet de cascade, au premier maillon de la chaîne : les agriculteurs... Jean-Paul Riault au micro de Yann Launay, n'en est pas convaincu.

Écouter le podcast

"C'est bien... mais qu'est-ce qui prouve que le distributeur redonnera les 10% au maillon de production ? Rien... Le consommateur est prêt à acheter un peu pus cher, mais il ne faut pas non plus le voler, et être transparent, en partant du rayon, jusqu'à nos exploitations."