PSA teste la rupture conventionnelle collective

10 janvier 2018
Par Katell LAGRE

Plus de 2200 départs volontaires : c'est donc l'objectif de PSA, pour cette année. La direction dit vouloir "préserver la performance de ses usines tout en préservant les intérêrets majeurs des salariés"... Pas de licenciement, donc, mais l'utilisation des "Ruptures Conventionnelles Collectives" : les salariés volontaires partiront vers un autre projet professionnel.. En parallèle, PSA prévoit l'embauche de 1300 personnes en CDI.

Très insuffisant, pour Mickaël Gallais : le représentant CGT du site PSA de Rennes juge ce nouveau plan inacceptable :

Écouter le podcast
"Qu'on dise "rupture conventionnelle", "départ volontaire"..peu importe, au bout du bout, c'est
quand même un déguisement de licenciements. Ceux qui restent seront moins nombreux, pour construire encore plus de voitures, et il souffriront encore plus On met 1300 embauches en face, mais seulement 400 pour la production, pour fabriquer les voitures..."

Et pour Mickaël Gallais, l'argument de l'anticipation, de la préservation des performances du groupe, ne tient pas, dans un contexte de bonne santé financière pour PSA :

Écouter le podcast
"On annonce le recod historique de ventes, et le 1er mars, la direction annoncera un nouveau record de bénéfices, et on va encore supprimer des emplois, et essayer d'engranger des bénéfices avec moins de salariés ...pour faire quoi ? Redonner aux actionnaires ? Cela ne nous intéresse pas : on préfère des plans d'embauches aux plans de licenciements.."

De son côté, la CFDT souhaiterait elle aussi un plus grand nombre d'embauches, mais le syndicat juge ce plan acceptable. Pour Christine Virassamy, déléguée centrale CFDT à Rennes-La Janais, des départs volontaires aujourd'hui valent mieux que des licenciements brutaux dans quelques années :

Écouter le podcast
"Ces mesures répondent aussi à un besoin d'anticipation et de transformation de nos usines : on voit venir beaucoup de robots, qui peuvent remplacer des postes pénibles, qui peuvent aussi supprimer des emplois, mais il y a aussi des opportunités : on va aller plus vers des métiers qualifiés.."

Autre motif de satisfaction pour la CFDT : le dispositif "congé seniors" est conforté dans ce plan, avec des conditions particulièrement avantageuses pour les emlployés rennais qui souhaitent partir en retraite anticipée, jusqu'à 5 ans avant l'âge légal :

Écouter le podcast
"Pour la plupart, ce sont des salariés qui sont sur chaîne de fabrication, qui ont des métiers pénibles : c'est légitime de laisser partir ces gens-là, et en contrepartie, que l'on puisse embaucher des jeunes, ce qui va être le cas, puisque l'engagement de PSA, c'est de prendre au minimum 50% de juniors parmi les nouvelles embauches.."

Reportage à la Janais de Yann Launay.