Physalies : le pourquoi du comment

26 octobre 2017
Par Alexandra BRUNOIS
Un nouvel échouage de physalies. Après le Finistère, le Morbihan est touché.

Un nouvel échouage de physalies... Après le Finistère, cette fois c'est sur les plages morbihannaises de Ploemeur, Guidel et Larmor-Plage, que des spécimens de cet animal marin ont été retrouvés. L'accès à l'eau est interdit sur toutes les plages de ces communes, jusqu'à nouvel ordre. Il faut dire que ces cousines des méduses, parées d'étonnantes couleurs, sont aussi dotées d'un venin redoutable. Ce n'est pas la première fois que des physalies -appelées aussi "galères portugaises" ou "vessies de mer" sont découvertes sur le littoral breton, mais rarement en aussi grand nombre et sur une si longue période.

Les explications de Maureen Midol, membre de l'équipe d'Océanopolis, à Brest :

Écouter le podcast
"La physalie vit dans les mers tropicales, et en fait les grosses tempêtes récentes ont réussi à pousser un grand nombre de physalies jusqu'à nos côtes."

Les physalies peuvent attirer, avec leurs couleurs bleues, violettes, roses... mais ce sont des animaux venimeux particulièrement dangereux :

Écouter le podcast
"Il faut rester très prudent, car même si la physalie est échouée sur la plage, son venin reste très actif, il ne faut surtout pas y toucher..."

Un reportage de Yann Launay