Passage du Gois site classé

08 novembre 2017
Par Katell LAGRE
C’est une route pas comme les autres… Une route submergée par la mer deux fois par jour, à marée haute…
Le passage du Gois, qui relie le continent et l’île de Noirmoutier, est depuis quelques jours un site classé, un site d’intérêt national et patrimonial.

Pour les autorités, Etat et collectivités locales, c’est l’aboutissement d’un long processus, démarré il y a près de 20 ans…
Ce classement marque la reconnaissance du caractère exceptionnel du passage du Gois et prévoit des garde-fous pour assurer sa préservation. Il garantit aussi une plus grande attractivité pour le site, ce qui n’est pas sans poser quelques difficultés.

Il faudra par exemple régler le casse-tête de la traversée : ce week-end encore, deux voitures se sont laissé piéger par la marée montante. Pour y faire face, la solution des barrières automatiques abaissées à marée haute, comme pour les passages à niveau, est parfois avancée.

Ecoutez ce qu’en pense Yves Auvinet, le président du conseil départemental de la Vendée…

Écouter le podcast

« Comment voulez-vous mettre des barrières, lorsque les heures changent sans arrêt, lorsque des gens, pour le travail, ont besoin du Gois à marée haute ? C’est vraiment un contexte particulier, on a sûrement un travail à faire sur la signalétique… Nous, on sait que c’est une voie submersible, mais tout le monde ne le sait pas… Ca fait partie de tous les éléments qu’il va falloir prendre en compte ».

Il faudra aussi concilier différents impératifs notamment : le tourisme, l’économie, les activités de pêche et l’agriculture. Yves Auvinet est le président du conseil départemental de la Vendée…

Écouter le podcast

« La question des parkings fera partie de la réflexion pour l’aménagement de cet espace, pour qu’il soit libéré d’un certain nombre de contraintes, qu’il soit ouvert au cheminement et aux visiteurs dans les meilleures conditions. Mais de l’autre côté, il faut qu’on respecte aussi les activités économiques. C’est une alchimie un peu compliquée, il va falloir travailler, mais tout le monde est prêt à le faire ».

Il y a enfin la question des accès au site et du stationnement. En période estivale, ce sont environ 2000 véhicules qui empruntent chaque jour le passage du Gois.Certaines pistes sont déjà à l’étude, explique Carole Nordez inspectrice des sites Vendée de la DREAL des Pays de la Loire…

Écouter le podcast

« La question des stationnements sera cruciale, du côté de Beauvoir et de Barbâtre. Ca peut être des stationnements pérennes, comme des stationnements ponctuels ouverts juste en période estivale, ou des navettes. Il y aura aussi la question de l’organisation, de la hiérarchisation et de la lisibilité des flux : piétons, cycles, véhicules... Ce sera aussi un sujet très important ».

Reportage de Charlotte David.