Bretagne

NDDL : les proaéroports déplorent une vision orientée des médiateurs

27 septembre 2017 à 07h20 Par Dolorès CHARLES
Crédit photo : NDDL

A l'issue du point d'étape des médiateurs hier en Préfecture à Nantes, les pro-aéroports parlent d’une "vision orientée et partielle". Conclusions attendues le 1er décembre.

Un point d’étape était effectué hier en Préfecture de région à Nantes par les médiateurs du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, aux côtés des partisans et des opposants au projet. Ce matin, les pro-aéroports parlent d’une « vision orientée et partielle des médiateurs ». Le futur président du Syndicat mixte aéroportuaire (SMA) et président du Département de Loire-Atlantique, le PS Philippe Grosvalet, annonce qu’il attaquera l’Etat si le projet est abandonné.



Même chose du côté de la commune de St-Aignan-de-Grand-Lieu, qui vit à 1,7 km du seuil de piste de l’aéroport actuel. Le maire DVG Jean-Claude Lemasson proposera à son conseil municipal « d’attaquer l’État pour la mise en danger de la vie d’autrui ».

Des Ailes pour l'Ouest

Réaction aussi de l'association citoyenne en faveur du Transfert de l’aéroport Nantes Atlantique à Notre Dame des Landes". Alain Mustière, le président des Ailes pour l'Ouest commente « ce que nous anticipions est malheureusement arrivé : nous sommes face a des médiateurs qui plutôt que d’apaiser usent leur énergie à justifier un aménagement de Nantes Atlantique. Et de poursuivre, « la question du respect du vote des citoyens à peine été évoquée et les médiateurs bottent clairement en touche sur l’indispensable évacuation de la Zad. »

Des Ailes pour l’Ouest condamne fermement les récentes déclarations de François De Rugy et Nicolas Hulot qui anticipant les conclusions de la médiation, condamnent l'avenir du Grand Ouest et ses habitants sur l'autel de l'idéologie."

Un dossier prise de tête !

L’un des médiateurs Gérard Feldzer rompt le silence dans les colonnes de Presse-Océan, ou de Ouest-France. "C’est clairement un dossier prise de tête, lâche-t-il, mais selon lui les conclusions rendues au GVT au plus tard le 1er décembre seront neutres. "Le rapport de la médiation ne sera « pas orienté, et exposera combien chaque option coûtera au contribuable, à l’environnement, ou aux citoyens en terme de santé. Le choix sera politique…" Son interview à lire ici