Les précautions à prendre pour lutter contre le CO

12 décembre 2016
Par Dolorès CHARLES

C’est toujours la même chose, plus les températures baissent et plus le risque d’intoxication au monoxyde de carbone augmente. Chaque année en France, au cours de la période de chauffe, plusieurs milliers de personnes sont victimes d’une intoxication à ce gaz. Un gaz incolore, inodore et qui provient de tout processus de combustion incomplète, comme le gaz, le bois, le pétrole ou le charbon. Parmi les équipements concernés chez vous : les chaudières, le chauffe-eau, les cuisinières, le poêle, la cheminée, les chauffages d’appoint ou tout autres groupes électrogènes… Bref, tout le monde est concerné …

En Bretagne comme en Pays de la Loire, une centaine de personnes sont victimes chaque hiver de ce CO… plus de 3 mille en France. Ces personnes sont prises en charge à l’hôpital. Et parmi elles, une centaine en meure. L’intoxication au monoxyde de carbone est d’ailleurs la 1ère cause de mortalité accidentelle par toxique dans l’hexagone. Alors pour l’éviter, mieux vaut prendre certaines mesures de prévention. Dans l’Ouest les Agences régionales de Santé lancent des campagnes d’information et vous conseillent.

Écouter le podcast 

Les principaux facteurs sont en effet un défaut d’évacuation des gaz de combustion, un manque d’aération ou un défaut de l’appareil utilisé.

Comment s'apercevoir que ce gaz s’échappe dans notre logement ? C’est bien la difficulté car comme il est incolore et inodore, on s’en aperçoit une fois les premiers symptômes ressentis. : maux de tête, nausées, fatigue, vertiges voire syncope … Forcément plus on respirera longtemps ce gaz, et plus les conséquences seront graves. Une fois inhalé, le CO va être facilement absorbé au niveau pulmonaire. Il gagnera la circulation sanguine et se fixera sur les globules rouges à la place de l'oxygène. Les cellules bénéficieront alors de moins d'oxygène et les organes fonctionneront au ralenti.

Que faire donc si on ressent ce type de symptômes ? Eh bien en cas d’urgence ouvrez vite les fenêtres, coupez les appareils de chauffage, sortez évidemment du logement, appelez les secours… Et surtout ne rentrez pas chez vous, avant leur accord.

Et plus d'infos sur les sites de l’ARS Bretagne ou Pays de la Loire… ou sur celui de l’INPES.