Pays de la Loire

Le sport c'est bon pour la santé : reportage à l'ICO de St-Herblain

14 décembre 2017 à 06h33 Par Dolorès CHARLES
Crédit photo : ICO - Charlotte David

Le sport est reconnu comme thérapeutique non médicamenteuse par la Haute Autorité de Santé depuis 2011.
Il est donc logiquement de plus en plus souvent intégré dans les thérapies des patients, comme à l'ICO de St-Herblain.

Le sport c’est bon pour la santé ! Un Pôle Sport et Cancer vient de voir le jour à l’ICO, l’Institut de cancérologie René Gauducheau, à Saint-Herblain, près de Nantes. Dès le début des traitements, les patients sont incités à pratiquer une activité physique adaptée. A l’ICO, une centaine de patients par an pourront suivre deux fois par semaine des cours de marche nordique et de gym posturale. Les bénéfices sont importants et immédiats, pour le Dr Florence Boiffard, médecin spécialisée dans la prise en charge du cancer du sein, avec Charlotte David.

Écouter le podcast

« Ce n’est pas que faire du bien. C’est un traitement, maintenant, surtout de la fatigue, qui est le premier symptôme reconnu par les patients dès le début de la maladie. Elle est liée au déconditionnement, aux traitements et à la maladie. Maintenir une activité physique adaptée et régulière leur permet de moins ressentir cette fatigue. Et bien sûr d’autres symptômes : les troubles du sommeil, l’anxiété et la douleur ».

Le sport diminue de 50% le risque de récidive du cancer du sein, et de manière très significative les autres types de cancers : il est reconnu depuis 2011 comme thérapeutique non médicamenteuse par la Haute Autorité de Santé.

Céline Brin, praticienne en thérapie sportive pour l’association CAMI Sport et Cancer, fait partie de ces professionnels.

Écouter le podcast

« Notre premier travail, c’est un travail psychologique pour que les patientes prennent conscience que ce n’est pas parce qu’il y a la maladie qu’elles ne sont pas capables de faire une activité physique. La pratique d’une activité physique va venir changer beaucoup de choses : le taux de récidive du cancer du sein, par exemple, qui va diminuer. On va aussi diminuer la fonte musculaire : les muscles, au cours d’un traitement, c’est ce qu’on perd en premier ».