Fonction publique : la grève plutôt bien suivie en Bretagne

11 octobre 2017
Par Alexandra BRUNOIS
La mobilisation a été suivie hier dans la Fonction Publique… Ils étaient entre 209 mille dans la rue selon le Ministère de l’Intérieur, 400 mille selon la CGT. 15 à 20 mille personnes elles ont manifesté en Bretagne… 5 000 à Brest et Rennes, 3 000 à Lorient, 2 500 à Quimper, plus de 1 700 à Saint-Brieuc et un millier à Morlaix et Vannes, 350 à Dinan, 300 personnes à Saint-Malo, 200 à Lannion… rassemblement aussi à Belle-Ile-en-Mer.

Les perturbations elles ont été nombreuses notamment dans les écoles de vos enfants… avec certaines écoles complètement fermée et les cantines et accueils périscolaires non assurés. 14 vols au total ont été annulés depuis l’aéroport de Brest, 4 vols à Quimper et Rennes. Tous les vols vers Orly ont été annulés depuis l’aéroport de Lorient.

A Landerneau par exemple, ils étaient 34% des agents municipaux en grève, principalement dans les écoles… et une partie des services techniques. Ils étaient 7% en grève au centre hospitalier Ferdinand-Grall. Au lycée l’Elorn, une vingtaine d’enseignants étaient absents hier matin… soit environ 20% des effectifs. 80% des personnels non enseignants eux étaient en grève.

A Brest, le centre technique communautaire a été bloqué par des grévistes de FO… empêchant le départ des camions de collecte des ordures ménagères.
A Douarnenez, une quarantaine de salariés de l’hôpital ont participé au cortège quimpérois après s’être réunis tôt le matin devant l’établissement de santé.

Dans le cortège à Lorient, les personnels de santé étaient particulièrement nombreux : employés des hôpitaux, des maisons de retraites, ou encore infirmière en hôpital psychiatrique comme Véronique, qui travaille à l'établissement de santé mentale Charcot, à Caudan.
 
Écouter Véronique au micro de Yann Launay
"Les effectifs diminuent, les budgets diminuent, les congés maternité ne sont plus remplacés, les premiers jours d'arrêts maladie non plus, et on travaille vraiment en service minimum."
 
Les enseignants eux aussi étaient nombreux à défiler, pour de meilleurs salaires et pour plus de respect, comme l'explique Eric et Marie, enseignants en école primaire, près de Lorient...
 
Écouter Eric et Marie au micro de Yann Launay
"Quand on n'a pas de reconnaissance alors que l'on passe notre temps à travailler.. et que l'on n'est pas bien payés... c'est douloureux."
 
A leurs côtés, des agents territoriaux, des employés municipaux comme Patrick, qui porte sur la poitrine cette inscription : "Fier d'être fonctionnaire" :
 
Écouter Patrick au micro de Yann Launay
"120 000 postes de fonctionnaires en moins, ça veut dire du service public en moins, c'est toute la population qui va en pâtir".
 
Les syndicats ne comptent pas s'arrêter à cette journée de mobilisation... L'objectif, c'est de faire l'unité contre les réformes du gouvernement et d'organiser de nouvelles journées d'action intersyndicales, même si ce n'est pas si simple, comme le reconnaît Régine Lejeune, secrétaire générale de l'union locale CGT de Lorient :
 
Écouter Régine Lejeune secrétaire générale de la CGT à Lorient
"On va essayer de partir sur une journée privé-public, et porter toutes les revendications au gouvernement en leur disant : ça suffit, l'austérité on en peut plus."

Et la CGT appelle d'ores et déjà à une nouvelle journée de mobilisation contre la réforme du code du travail... ça sera le jeudi 19 octobre.

Les revendications des fonctionnaires expliquées ici par le syndicat SNES-FSU en Bretagne