Efficace ou pas la campagne sur le respect à Nantes ?

Charlotte David
05 décembre 2017
Par Katell LAGRE
La campagne de communication de Nantes Métropole pour plus de civisme fait mouche. Il y a les pour et les contre.

Vous les avez sans doute remarquées, notamment si vous prenez les transports en commun nantais… Ces affiches de couleurs vives, et ces messages décalés : « Un bonjour fait parfois un bon jour », « Des coucous, pas des coups », ou encore « Les gros mots, ça rend lourd »… Des messages dans le cadre d’une campagne sur le respect et le civisme, lancée par Nantes Métropole, qui va bientôt s’achever. Ils prennent une dimension toute particulière dans les bus et les trams : les agents de la Semitan dénoncent depuis plusieurs mois la hausse des incivilités et des violences à leur encontre. Cette campagne a-t-elle convaincu ? Depuis quinze jours, les comportements ont-ils changé ?

Ecoutez la réponse de Magali Chailleux, secrétaire adjointe de la CGT et contrôleur à la Semitan…

Écouter le podcast

« Pourquoi on l’a surnommée « la campagne Bisounours ? Parce que ça n’a aucun effet sur le réseau. On voit bien que les usagers ne s’occupent pas de cette campagne. Les gens qui sont sympa avec nous restent sympathiques, mais ceux qui nous dénigrent et qui nous disent pas bonjour, cette campagne ne les incite pas à le faire. Ca sert pas à rien, ça peut servir si c’est correctement mis en place, ce qui n’a pas été le cas. On aurait aimé être acteur de cette campagne pour la relayer correctement sur le terrain. Pour nous, ce qui ferait changer les choses, c’est plus d’embauches pour la sécurisation du réseau ».

Ecoutez maintenant ces usagers de transports en commun nantais. Certains sont convaincus, d’autres, pas du tout…

Écouter le podcast

« Ca m’a pas marqué du tout… « Un bonjour fait parfois un bon jour », ou « Les gros mots, c’est lourd », c’est un peu des généralités. Je pense que des images sont plus marquantes que des mots ».
« Ca amène à réfléchir, après je sais pas si ça change vraiment quelque chose. Tout le monde le voit, donc pourquoi pas… Je pense que c’est une bonne chose ».
« Les gens qui n’ont pas de respect pour les personnes de la Tan, je suis pas sûre qu’ils lisent ce genre d’affiches. Je pense que c’est les gens qui respectent qui lisent ces trucs-là ».
« Des affiches comme ça, des affiches « lol », je trouve ça rigolo et on essaie de les suivre à la lettre. A force de les voir dans les bus et les trams, à un moment ça va marquer nos esprits ».

Inspirée d’une initiative belge et d’un montant de 40 000 euros, la campagne sur le respect et le civisme s’affiche aussi dans les mairies de la métropole. Elle prendra fin le 10 décembre. Une deuxième campagne, plus participative, sera mise en œuvre au printemps prochain.

Reportage de Charlotte David.