Abandon de Notre-dame-des-Landes : les réactions

17 janvier 2018
Par Katell LAGRE
Les réactions n'ont pas tardé à l'annonce du Premier ministre ce midi. Les antis parlent de victoire historique, les pro-aéroports ne cachent pas leur déception.

C’est la fin d’un feuilleton de plus de 40 ans : l'aéroport du Grand Ouest ne verra pas le jour. Edouard Philippe a tranché et annoncé lui-même sa décision vers 13h30. Pour le Premier ministre, "les conditions ne sont pas réunies, il y a trop d’opposition à ce projet". " Notre dame des landes c’est l’aéroport de la division" a t’il expliqué.
Opposants historiques, zadistes, membres des comités de soutien, se sont réunis à la "vache rit", dans une (ex) ferme expropriée, pour fêter la victoire.  Ecoutez Dominique Fresneau, lui-même né sur la Zad et président de l'ACIPA.

Écouter le podcast

Du côté des pro aéroports on parle de trahison. Pour Philippe Grosvalet, président du conseil départemental de Loire-Atlantique « C’est une très mauvaise décision qui n’aura que de mauvaises conséquences ». Jean-Marc Ayrault dénonce un « déni de démocratie ». Le sénateur de Vendée LR parle de "capitulation".

La maire de Nantes, Johanna Rolland, contre-attaque et demande à Emmanuel Macron de la recevoir pour lui demander si l’ouest peut encore compter sur l’Etat pour son avenir ?

Écouter le podcast

Johanna Rolland va réunir dès samedi à Nantes une conférence des acteurs économiques et de l’enseignement supérieur et de la recherche pour réagir suite à l’abandon du transfert d’aéroport.

Réaménagement en vue

A priori on s’oriente maintenant vers un réaménagement de Nantes Atlantique. Pas si simple pour Alain Mustière, président de l’association des Ailes pour l’ouest avec Cécile Dauguet.

Écouter le podcast

A la place de Notre-dame-des-Landes, le Premier Ministre envisage effectivement un réaménagement de Nantes Atlantique et l’agrandissement de Rennes ST Jacques, en commençant par l’agrandissement de l’aérogare. L’aéroport rennais dessert 29 destinations en direct, dont 12 en France et 17 à l’international. Il a franchi la barre des 700 000 passagers en 2017, et vise 1 million de passagers d’ici à 2025.

Une décision très attendue

La décision d'abandonner le projet d'aéroport du Grand Ouest est "sans ambiguité" a indiqué le Premier Ministre. Une décision qui était surtout attendue de longue date, le dossier datant de près d’un demi-siècle.
Tous les gouvernements ou presque ont voulu clore l’affaire par le passé. Mais sans jamais y arriver Cécile Dauguet …

Écouter le podcast